Deuxième déception de l'année : Stargate Origins

Entre parodie et insulte envers la franchise et ses fans, mon cœur vacille.

Are you a believer, Motherfucker ?

Trois jours sans aller sur le net et donc sans regarder de séries. Je me sens comme toutes ces roses reçues à la Saint Valentin et maintenant oubliées dans un vase sans eau : je fane.

Merde, je me suis donné envie de regarder la Belle et la Bête avec ce gif !

Vite, une transfusion d'épisodes. Et comme aujourd'hui, c'était lundi, que je ne bosse pas et qu'il faisait moche - oui bon seulement le matin, c'est vrai que j'aurais pu bouger mes fesses l'après midi quand le soleil a timidement pointé sa face mais voilà quoi, les excuses, c'est fait pour s'en servir comme dirait l'autre, et bien c'était l'occasion d'avoir ma dose. Voilà.

Quatre épisodes d'Altered Carbon en intraveineuse pour passer la matinée, c'est bon, me v'là à jour : j'ai fini la première saison. Et franchement, même si cette série ne révolutionne pas le genre, que les épisodes sont parfois inégaux et bien elle se laisse suivre tranquillement.

C'est peut être ça le problème finalement, c'est trop tranquille, on ne sort jamais de notre zone de confort, on n'est jamais vraiment surpris.

Pour votre santé, mangez au moins 5 fruits et légumes par jour

Les filles, s'il ne vous fallait qu'une seule motivation pour mater The Path...

Bertoolot, les Sirènes venues tout droit d'Israël

Sirènes - ou Bertoolot donc dans sa version originale - c'est mon dernier coup de cœur en date. Je suis tombée sur sa première saison tout à fait par hasard, comme d'habitude, attirée par l'affiche et le synopsis.

Le cadavre d'une femme nue et anormalement obèse est découvert sur un terrain vague près d'Eilat, dans le sud d'Israël. C'est celui d'une jeune fille qui a disparu 17 ans avant, présumée noyée. L'enquête est conduite par Shelly, officier de police qui n'est autre que la sœur jumelle de la victime.

Et puis dans l'univers des séries, les Israéliens ont plutôt bonne réputation.

La première saison qui est sorti déjà depuis novembre 2014 dans son pays d'origine et seulement diffusée en France en décembre 2016 - pas à la bourre du tout les mecs - je l'ai dévorée en deux jours. Si j'avais pu y passer la journée entière, je l'aurais fait, mais il faut quand même penser à bosser et dormir entre deux épisodes. La vie réelle fait quand même chier parfois !
Vous avez donc compris que j'ai adoré et que je n'avais qu'une hâte : voir la saison 2 - sortie elle en février 2017 en Israël et à la fin de l'année chez nous. C'est chose faite depuis une petite semaine.

Et je suis plus que ravie de voir qu'elle a été renouvelée pour une saison 3. 


Oh putain j'ai presque sauté au plafond quand j'ai lu ça, oui, comme dirait Baloo, il en faut peu pour être heureux. Ces petits bonheurs du quotidien font les grands plaisirs de la vie. Waouh c'est beau.

Altered Carbon, en attendant le retour de The Expanse

Altered Carbone a attiré tout de suite mon regard quand j'ai vu la première fois la pub à la télé de sa diffusion sur Netflix - j'ai pas cette chaîne mais on s'en fout, c'est facile de trouver n'importe quelle série sur le net maintenant -  car j'aime la science fiction et comme The Expanse tarde a ramener sa fraise - oui je sais je radote - j'ai eu vite l'envie de la voir. Mais ayant déjà sept autres séries en cours - et en plus la saison 11 de X-Files est sortie - je me suis dit que j'allais être raisonnable et ne pas en entamer une autre.  

J'ai tenu une semaine.

Imaginez si je venais à trépasser d'une quelconque manière, je serais passée à côté.

Hier soir, c'était donc le visionnage du pilote - oui du coup je suis à la bourre car tous les épisodes sont sortis à l'heure où je tape sur mon clavier.

Alors de quoi ça cause ? Et bien nous sommes dans un lointain futur où les corps ne sont plus que des enveloppes jetables. On stocke les consciences dans des puces placées à la base du cou et voilà, si vous avez les moyens, cool pour vous, vous avez des corps de bombasses à chaque transfert et vous pouvez être quasi éternel, si vous être moins friqués, et bien, à vous les restes. Attention toutefois, n'allez pas vous prendre un sale coup dans la nuque, si vous explosez votre puce, vous êtes mort de chez mort. Le pognon ne ramènera pas votre âme. Pauvre pécheur.

C'est donc là dans ce contexte qu'apparaît  Takeshi Kovacs, un dissident tué quelques 250 ans plus tôt. On lui donne un nouveau corps - et pas le plus dégueulasse - on le sort de taule et on l'emmène devant Laurens Bancroft, un mec blindé, lui même brièvement mort il y a peu. La police ayant conclu a un suicide et lui n'y croyant pas puisque partiellement amnésique, il embauche donc Kovacs pour mener l'enquête.

J'espère que j'ai été claire. Oui je ne doute pas que vous ayez saisi l'idée. Sinon il y a des synopsis un peu partout sur le net si vous pensez que je ne sais pas m'exprimer hein. Si c'est le cas c'est pas gentil.

Gaulé le mec n'est-ce pas ?!

C'est donc parti pour une heure dans un monde dystopique que les fans de SF Cyberpunk apprécieront. Personnellement, j'aime le visuel : l'ambiance urbaine est sombre mais à la fois noyée sous les néons, en haut les riches ont les moyens de s'isoler des pauvres et d'avoir des jolies maisons, et en bas, les rues sont crades et surpeuplées, ça fait direct penser à Blade Runner ♡. C'est beau, vraiment beau, on voit que c'est une série qui a les moyens - un budget comparable à celui de Game of Thrones parait-il, et oui ma bonne dame. Voilà qui laisse présager une série de qualité.

Requiem : la surprise qui bouleverse tous mes plans

Ce soir, je m'apprêtais tranquillement à reprendre Dark que j'ai abandonné à la fin du deuxième épisode, quand je tombe tout à fait par hasard sur l'affiche de Requiem.
Je n'ai jamais entendu parlé de cette série, et pourtant j'ai une irrépressible envie de la regarder, sans même lire aucun synopsis ou avis à son sujet.

Tant pis pour Dark.

Je ne regrette pas mon choix. Parce que déjà, visuellement, c'est magnifique.


Et puis il y a cette ambiance, ces suicides inexpliqués, ces phénomènes paranormaux, cette disparition d'une enfant vingt ans plus tôt. Et j'accroche, malgré la fatigue et les yeux qui piquent. Et je me dis que merde, encore une série à suivre, qu'avec seulement 24 heures dans une journée je n'aurais jamais assez de temps pour dormir, bosser, manger et mater des séries. Il va falloir que je fasse un choix...

Première déception de l'année : Britannia

On m'avait vendu cette série comme un mélange de Game of Thrones et de Viking, inutile de dire que je l'attendais. J'étais pas comme une folle non plus mais elle me branchait plutôt pas mal d'autant plus que j'aime l'époque durant laquelle elle se déroule : la Rome Antique. Oui, j'aime bien les centurions en jupette.

On est donc en 43 après Jean-Claude, les Romains envahissent un peu tout le monde autour d'eux et là, ils s'attaquent à la Grande Bretagne, territoire peuplé de sauvageons aux dents jaunes.

Cool, je m'installe, prête à voir des beaux costumes, des beaux paysages et des combats bien sanglants mais hélas, je m'ennuie bien vite. Et je peine à rentrer dedans - peut-être parce que je suis encore dans l'ambiance de Monster - je pense à autre chose, je perds le fil et ça m'énerve. J'ai l'impression qu'il ne se passe rien, et ça sent le déjà vu à plein nez.

J'ai tenu 20 minutes.

Et j'ai pas retenu grand chose à part que j'avais pas une peau trop dégueulasse à côté de ça.


Je les aime soudainement mes cernes et mes pores dilatés. Comme quoi il faut savoir relativiser dans la vie. Je me suis aussi dit que Kelly Reilly avait de purs cheveux - la connasse. J'ai cherché aussi comme une con pendant des plombes où j'avais déjà vu le type qui interprète le général romain : c'est David Morrissey bouffonne, le gouverneur dans The Walking Dead.. Sérieux.. Et je me suis soudainement rappelé qu'il fallait que je pense à faire le plein demain avant d'avoir à pousser ma bagnole.